Ceviche de poisson, suprême de volaille, pain perdu. Au-delà de ce menu présenté en live, durant deux heures, par un chef niçois connu, c’est tout un quartier, celui des Moulins, et même plus, qui a partagé ce samedi 24 avril, au sens noble et originel de la cuisine. Une première pour cette séquence culinaire version atelier solidaire en visioconférence. La nouvelle spécialité d’Adam (Aide aux devoirs et animation des Moulins).

À travers son épicerie sociale et solidaire de l’avenue de la Méditerranée, l’association a souhaité se réinventer via les technologies de l’information et de la communication afin de renforcer le lien entre les gens, tous âges et tous milieux confondus, en organisant un cours destiné à faire recette.

40 cuistots sélectionnés

Dans l’épicerie transformée, trois personnes aux fourneaux et en tablier blanc, filmées en direct: Gaël Passigli, volubile et jovial chef cuisinier du Z Restaurant tapas, rue Meyerbeer, Monique Bailet, adjointe au maire déléguée au territoire Nice-Ouest, Karim ben Ahmed, directeur d’Adam. De l’autre côté, trois assistants chargés de la visioconférence, suivie par une quarantaine de cuisiniers et cuisinières sélectionnés et connectés via l’application Zoom.

“On a réuni des seniors, des étudiants, des adhérents de l’épicerie solidaire et d’autres personnes ayant eu l’information de cette animation grâce aux réseaux sociaux ou autre”, expose Karim. Tout le monde en visio. Tout le monde dans la mayonnaise généreuse: “Personne n’a rien acheté, 90% des ingrédients ayant été offerts par Métro, un des nombreux partenaires de l’opération.”

Oublier le confinement

De 10 heures à midi, le chef a donc expliqué avec gestes à l’appui, chaque plat. Démonstration suivie avec assiduité par Dionisia, Madeleine, Samia, Carla, Karima… Un chef prolixe en renseignements pratiques, car les questions n’ont pas manqué. But de cet atelier convivial? “Autour d’une activité, poursuit Karim, on peut vivre ensemble un moment agréable autant que pédagogique. Tout le monde est sur le même pied d’égalité.” Et tout le monde a profité de cette séquence gustative pour oublier le confinement peu propice à émietter l’isolement social. En plus, grâce à un support numérique tendance.

L’action visait également à soutenir les restaurateurs locaux en perdition à cause de la crise. Pas étonnant dans ces conditions, que cette matinée ait fait recette. Du rab? Il y en aura probablement d’après Karim: “Cette action est à reproduire en remplaçant le chef par d’autres personnes anonymes, mais ayant des talents culinaires divers.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account