loader image

Les sociétés de chasse du Castellet et du Beausset, représentées par leurs présidents respectifs, ont déposé plainte mardi 31 août à la gendarmerie du Beausset pour dégradation de biens: Des personnes ont détruit treize de nos miradors – six appartenant à La Castellane et sept à La Beaussetane”, indique Jacky Potel, le président castellan.

L’endroit du délit se trouve sous la route du Camp-du-Castellet: “On appelle ça le ball-trap”, situe-t-il. Les auteurs des faits ont aussi laissé des inscriptions sans équivoque quant à leurs motivations: “Chasse=meurtre”.

Des précédents

Ils ont fait preuve de beaucoup d’ardeur: L’an dernier, on nous avait déjà fait tomber plusieurs miradors, mais ce n’était pas très grave, on a pu les redresser. Et on nous avait aussi percé l’abreuvoir qui sert à faire boire les chiens après la battue… Mais là, ils nous ont carrément découpé plusieurs miradors en morceaux, sans doute avec des machines, style tronçonneuse ou scie-sabre à batterie”, s’offusque le chasseur. L’expédition a dû prendre un certain temps, les miradors étant espacés de 100 à 150 mètres les uns des autres.

Une enquête a été ouverte par les forces de gendarmerie, qui se sont rendues sur place. Aux dégradations constatées s’ajoutent la pénétration dans un massif forestier malgré l’actuelle interdiction préfectorale, du fait des risques élevés d’incendies, ainsi que l’utilisation, elle aussi proscrite, de matériel susceptible de déclencher un feu de forêt.

“Protéger les cultures”

Pour ces délits, les auteurs encourent des peines de prison et de lourdes amendes.

Les chasseurs rappellent que l’obligation d’installer des miradors, qu’ils financent eux-mêmes, répond à un enjeu de sécurité envers les personnes fréquentant les lieux (les tirs en hauteur étant moins dangereux qu’à ras du sol, où le risque de ricochet est plus élevé).

Quant aux battues aux sangliers organisées dans ce secteur depuis le 1er août, elles répondent à la “demande des viticulteurs, car le gros gibier provoque de lourds dégâts dans les cultures. Il s’agit d’une action de protection et cette régulation est strictement encadrée par la Fédération départementale des chasseurs du Var.”

Désormais, les membres des sociétés de chasse vont devoir évacuer les débris, avant de reconstruire les miradors pour pouvoir continuer à chasser en toute sécurité.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account