loader image

360 médecins sont morts en Italie depuis le début de l’épidémie, c’est inacceptable”, s’insurge Giovanni Leoni, chirurgien, Vénitien et vice-président de la FNOMCeO, l’un des principaux syndicats de soignants italiens. Depuis le début de la pandémie, ce même syndicat liste le nom des soignants disparus sur son site. Il faut appuyer longtemps, pour faire défiler l’ensemble des noms de praticiens décédés de la Covid de l’autre côté des Alpes.

L’Italie a payé un lourd tribut et la deuxième vague, notamment, a traumatisé le pays, continue le médecin italien. Cela peut expliquer pourquoi, chez nous, les soignants se sont vaccinés aussi rapidement.” En France, il y a peu de chiffres concernant les soignants décédés de la Covid.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) comptabilisait, elle, 74 médecins libéraux emportés par le virus en 2020, même si le chiffre “est probablement plus élevé, les familles ne déclarant pas nécessairement le décès de leur proche”, commentait la Carmf. 

Dans les deux pays, les autres catégories de soignants ne sont pas prises en compte. 

La loi en Italie

Le 1er avril dernier, l’Italie a voté un décret instituant la vaccination obligatoire des soignants. Une priorité, selon le premier ministre Mario Draghi. Une stratégie mise en place pour ralentir la contamination, notamment des tranches d’âge les plus âgées, particulièrement exposées au virus.

Il est inacceptable que du personnel sanitaire non vacciné soit en contact avec des malades,” assenait alors le Premier ministre italien lors d’une conférence de presse du 26 mars. Deux mois après la publication du texte, seuls 0,2 % des soignants italiens ne sont pas vaccinés, selon les chiffres de l’Ordre des médecins.

Pour les quelque 40 000 récalcitrants, la Péninsule a prévu dans un premier temps, l’affectation à un autre poste de travail voire la prise de congé et, in fine, la suspension des contrats de travail et du versement des salaires, jusqu’à la fin de l’année. “C’est la méthode dure, concède Giovanni Leoni. Néanmoins, il faut en passer par là. Pour moi, il est inadmissible que des médecins se positionnent contre la vaccination.”

Réactions des soignants

Dans la Péninsule, les avis divergent. “Ceux qui ont été en première ligne, souligne l’Ordre des médecins, ne peuvent pas douter des bénéfices de la vaccination.” En Lombardie, quelque 500 soignants ont fait recours auprès du Tribunal administratif argumentant qu’il n’existe pas de certitude sur l’efficacité et les effets des vaccins anti-covid.

Leur requête sera examinée à la rentrée et pourrait faire jurisprudence, notaient de nombreux observateurs. De premières sanctions ont été appliquées dans diverses régions italiennes, comme en Calabre, où des paies ont été suspendues. Dans le Frioul, 177 soignants qui ne s’étaient pas présentés à leur rendez-vous de vaccination ont été suspendus et seront privés de leur salaire jusqu’à la fin de l’année.

Les solutions mises en oeuvre en Italie

Une réglementation trop coercitive pourrait entraîner du ressentiment, une opposition et de la défiance”, constataient les professionnels italiens du secteur de la santé. Parmi les méthodes avancées pour convaincre les opposés à la vaccination avant d’entériner une suspension : campagnes d’information, demandes de lettres motivant leur refus de la part des soignants récalcitrants, identification des équipes où la vaccination est insuffisante, suppression des avantages de la profession pour les salariés non vaccinés. “La suppression du salaire et la suspension restent malheureusement les mesures les plus efficaces“, poursuit Giovanni Leoni.

Le problème, ce sont les jeunes et les personnes les plus âgées”, explique Giovanni Leoni, vice-président de la FNOMCEO, l’un des principaux syndicats de soignants en Italie. “Désormais en Italie, dans certains endroits, comme en Vénétie, vous avez des rendez-vous pour la vaccination qui restent libres, personne ne s’inscrit.” Pour convaincre les plus réticents et les jeunes, aujourd’hui particulièrement touchés par le variant delta, le médecin se prononce pour la réouverture des discothèques… seulement pour les gens titulaires du Greenpass (pass sanitaire italien). 

Reste que le discours politique doit aussi être cohérent, poursuit Giovanni Leoni. En Italie, nous avons des leaders qui se contredisent. Prenez la Ligue du Nord, les représentants dans les régions de la Vénétie, durement touchée par l’épidémie, sont pour le vaccin tandis que Matteo Salvini, le leader du parti, ne s’est toujours pas fait vacciner.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account