Entre novembre et mai, la France a recensé près de 500 foyers d’influenza aviaire dans des élevages de volailles, principalement dans le Sud-Ouest réputé pour sa production de foie gras. Conséquence de l’emballement de la propagation du virus, la crise n’a pu être enrayée qu’au prix de l’abattage de plus de 3,5 millions de volailles, essentiellement des canards.

Selon un premier “retour d’expérience” des experts de l’agence sanitaire Anses, publié fin mai, la densité des élevages et le maintien en plein air d’un grand nombre de canards, malgré la consigne nationale de mise à l’abri, a favorisé la diffusion du virus, présent à l’origine parmi des oiseaux migrateurs.

Jeudi, le ministre et les professionnels ont acté de supprimer la dérogation permettant aux exploitations de moins de 3.200 palmipèdes de laisser les canards dehors, conformément à la recommandation de l’Anses.

En cas d’“évolution du niveau de risque influenza sur notre territoire (…) les animaux devront être mis à l’abri obligatoirement dans les exploitations”, indique-t-on au ministère.

Mais cette mise à l’abri se fera selon “des contraintes différenciées en fonction de l’espèce, en fonction de la typologie des élevages et en fonction du mode d’élevage”, afin de ne “jamais interdire quelque élevage que ce soit”.

Doivent également être créées des “zones à risque de diffusion” qui présentent “une densité élevée de palmipèdes gras”.

“Dans ces zones-là, seront appliquées des diminutions de densité sur site en période à risque selon un accord interprofessionnel”, explique-t-on au ministère.

Des filets pour les canards?

La nouvelle feuille de route prévoit également de rendre obligatoire la télédéclaration des données sur les élevages et les mouvements d’animaux, afin de disposer d’éléments en temps réel, “sinon on perd la bataille contre la maladie”, qui s’apparente souvent à une “course contre la montre”.

Autre principe, conditionner les indemnisations conséquentes à un abattage sanitaire au respect des mesures qui seront prescrites: “Il n’y aura pas d’aides pour les éleveurs qui n’auraient pas respecté toutes les règles qu’on est en train de mettre en place”, a-t-on assuré jeudi au ministère.

“La profession a entre les mains un bon outil pour éviter une nouvelle crise, tous les opérateurs doivent aujourd’hui s’en emparer”, affirment dans un communiqué le syndicat majoritaire FNSEA, ses sections spécialisées volailles et les Jeunes agriculteurs.

Ils regrettent toutefois qu’il soit prévu de laisser “la possibilité de mettre à l’abri les palmipèdes sous des filets quand l’élevage est autarcique ou en circuit court et compte moins de 1.500 animaux”. Ces organisations demandaient “de généraliser les constructions en dur, bien plus protectrices”.

De leur côté, le Modef et la Confédération paysanne, attachés à l’élevage de plein air, ont signé la feuille de route en émettant des “réserves”.

Ils demandent notamment des “mesures fortes et contraignantes” pour réduire la densité et les transports de canards, fréquents dans les filières industrielles. C’est, selon eux, “la seule condition pour que l’aviculture française ne revive plus ces crises”.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account