loader image

Question de Philippe

De combien le prix des carburants a-t-il augmenté depuis le début de l’été?

Bonjour Philippe, 

Comme beaucoup, vous avez remarqué que le prix de votre plein augmente depuis plusieurs semaines.

Ce n’est pas un effet de votre imagination. Et pour s’en assurer, comparons les tarifs des carburants à la pompe grâce aux données du ministère de la Transition écologique. 

Au début du mois de juin, le 11 juin précisément, le prix moyen du gazole en France était de 1,4087€ par litre et celui du SP95-E10 à 1,5114€.

Ce vendredi 10 septembre, soit trois mois plus tard, les tarifs moyens par litre étaient respectivement de 1,4417€ et 1,5589€, ce qui correspond à une hausse de 2,34% pour le gazole et de 3,14% pour le SP95-E10.

20% de hausse en moins d’un an

En prenant plus de recul, on constate que le prix des carburants augmente globalement depuis la fin du premier confinement, en mai 2020. 

Comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous, le tarif moyen du gazole avait drastiquement chuté en quelques semaines, passant de 1,4908€/L le 10 janvier 2020 à 1,1578€/L le 15 mai 2020.

Un phénomène qui s’est confirmé pour tous les types de carburant et qui s’explique par la quasi absence de demande, les Français étant confinés à ce moment-là et ne prenant plus la route. 

À l’inverse, la hausse est exponentielle depuis novembre. En 10 mois, le tarif moyen du gazole a augmenté de 20,46%, de 19,8% pour le SP95-10 et de 18,9% pour le SP98. 

Reprise économique

Cette augmentation est due à la hausse du prix du baril de Brent, pétrole brut de référence. Après avois chuté au début de la crise de la Covid-19, il a été tiré par la reprise de la demande, avec l’amélioration des perspectives économiques. 

L’envolée de l’essence sans plomb obéit aussi à des facteurs techniques saisonniers. “L’été, il y a toujours un effet de surenchérissement des sans-plomb, parce que c’est la période des vacances aux Etats-Unis, qui en sont extrêmement demandeurs”, expliquait en août Francis Pousse, du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA).

Ces prix ne sont pas sans rappeler ceux qui ont provoqué la crise des “gilets jaunes”, à la fin de l’année 2018. Et le gouvernement en est tout à fait conscient, à l’approche de l’élection présidentielle. “Il restera très vigilant, dans les prochaines semaines, à l’évolution des prix à la consommation par rapport aux évolutions des cours du pétrole”, assurait déjà le mois dernier l’entourage de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

“L’essence, oui, c’est un sujet de court terme. On cherche un mécanisme, c’est difficile”, a reconnu l’entourage d’Emmanuel Macron à LCIla semaine dernière. 

Cordialement. 

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account