Vous avez toujours rêvé d’installer un banc à côté de chez vous? D’ici quelques semaines, vous pourrez peut-être concrétiser ce fantasme. Ou, tout du moins, en faire part aux services idoines. Cela grâce à la plateforme de démocratie participative de la ville d’Antibes.

L’idée? Permettre une extension numérique du conseil de quartier. “Tout le monde ne peut pas être libre en semaine à 18 heures pour se rendre à une telle réunion”, concède le maire Jean Leonetti en précisant: “La crise sanitaire a accéléré l’adoption de l’intelligence artificielle ici.”

 Mais attention, le premier magistrat connaît bien l’angoisse générée par la dématérialisation galopante des services: “Il n’est pas question que ce site remplace les rendez-vous en présentiel. C’est une complémentarité.”

Voter et proposer

Ouf! On va encore pouvoir passer quelques soirées à écouter les doléances à propos de poubelles jaunes. Parce que oui, “80 à 90% des demandes des conseils de quartier relèvent du numéro vert”.

Une réalité qui va pouvoir être filtrée via ce site qui, à cette heure, est uniquement ouvert aux membres des conseils. Une ouverture VIP qui va s’étendre dès le mois de septembre à l’intégralité de la population.

“Vous allez pouvoir suivre l’avancée des projets en temps réel avec un onglet dédié au suivi. Mais également voter lors de concertation”, indique le premier magistrat qui souligne: “Et chacun pourra émettre des propositions via un formulaire.”

À cette heure, elles sont au nombre de vingt-deux. Et bientôt? Beaucoup plus. Enfin, c’est ce que souhaite la municipalité qui s’est fixée un objectif: convaincre 10% de la population de s’inscrire. Soit près de 7.500 personnes.

Un parti pris qui intéressera à coup sûr les observateurs. Puisqu’à l’heure actuelle, ce sont surtout sur les réseaux sociaux que l’expression des idées des habitants pour leur ville s’exprime.

Une mesure à la mode donc. Puisqu’en cette ère où tout peut être noté, du sourire de son chauffeur en passant par la qualité d’une focaccia jusqu’à la propreté des toilettes publiques, il serait bête de s’en priver. Après tout, demander un avis n’engage pas forcément à devoir le suivre…

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account