En 2007, Enodo a vu le jour. L’entreprise proposait à de grands groupes comme Total, Renault ou des sociétés du BTP de développer des environnements virtuels pour eux, en se basant sur les technologies du jeu vidéo, afin de simuler des interactions des déplacements et des interactions en temps réel. “Ici, notre premier gros projet, c’était la ligne 2 du tramway. Deux ans avant, les Niçois pouvaient se balader dans les rames, les stations, etc.”, explique Jean-Baptiste Reynes, le fondateur. À l’époque, Enodo employait une vingtaine de personnes pour son activité. Aujourd’hui, avec le même volume d’effectif, c’est un autre projet qui est mis au premier plan, celui porté par la filiale Enodo Games.

Plaisir de construire

L’équipe basée à Nice, rue Delille, a présenté fin février une première mouture de The Architect: Paris, son premier “bébé” (lire ci-contre). “On a d’abord mis l’accent sur la partie technique, très ambitieuse. Modéliser Paris, à la vraie échelle, avec de vraies proportions, ça n’avait jamais été fait. Et rendre le tout entièrement modifiable, ça n’a jamais été fait non plus”, avance Jean-Baptiste Reynes.

Dans The Architect: Paris, le joueur a tout loisir de modifier la physionomie de la capitale. En s’y prenant de manière réaliste, en poursuivant notamment l’œuvre du baron Haussmann. Ou bien en transformant radicalement le paysage avec des tours gigantesques ou des successions de bicoques d’un autre âge. “Pour le moment, on est axés sur le plaisir de la construction, l’envie de confronter les bâtiments les uns avec les autres. Ensuite, on veut incorporer des mécaniques de jeu plus spécifiques. L’idée, ce serait de vous mettre dans la peau d’un tycoon, qui lancerait de petits projets, gagnerait de l’argent et de la réputation”, poursuit-il.

L’aventure, démarrée il y a près de cinq ans, avec une première vidéo démo présentée à la communauté gaming, se poursuit désormais main dans la main avec les utilisateurs, dont les retours sont pris en compte dans l’évolution du jeu.

Proposé en accès anticipé pour trouver des sources de financement après le départ de l’éditeur Focus Home Interactive, The Architect: Paris ne peut que se bonifier avec le temps.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account