Mis à jour le 04/04/2021 à 19:00

Publié le 04/04/2021 à 18:05

Daniel Goethals (en costume) espère trouver le bon profil pour renforcer son équipe.
Patrice Lapoirie / Nice Matin

“Il faut qu’on trouve un chef d’orchestre”: l’entraîneur des Sharks essaie d’attirer un nouveau joueur


A la tête d’une équipe en mal de confiance et plombée par les mauvais résultats, Daniel Goethals travaille dur pour tenter de renforcer son groupe. Mais le profil est précis et les opportunités limitées à deux jours d’un nouveau déplacement à Fos-sur-Mer (mardi, 19h).

Mal embarqués avec une seule victoire lors des neufs derniers matchs de Pro B, les Sharks peinent à trouver de la confiance.

Seizièmes du classement, ils n’ont pas encore trouvé la clé pour enchaîner.

Le coach Daniel Goethals est conscient de la situation et cherche les bons réglages. En déficit à la création, son équipe aurait bien besoin d’un nouveau joueur pour prendre les choses en main. Le technicien belge planche sur l’arrivée d’un meneur, mais sait aussi qu’il s’agit du dernier joker autorisé pour le club antibois. Ce dimanche après-midi, il s’est penché sur la difficulté de trouver la perle rare.

“Les progrès ne sont pas toujours à la hauteur de ce qu’on aimerait faire, mais on n’a pas la capacité de s’entraîner cinquante fois entre les matchs. Il faut qu’on trouve un chef d’orchestre qui puisse organiser tout ça. Au moment où je vous parle, mon ordinateur est allumé et je suis en train de regarder le profil d’un joueur. Le marché est compliqué sur le poste de meneur. Des profils Bosman-Cotonou (hors joueurs américains), il n’y en a pas dix-huit millions. J’essaie d’ouvrir la panoplie habituelle, en regardant d’autres championnats comme on a pu le faire pour Temidayo Yussuf qui venait du Portugal. Il y a des championnats qui se terminent en ce moment et qu’on connait très bien comme la Pologne et la Finlande, mais pour le moment c’est compliqué. On pourrait signer quelqu’un aujourd’hui si on voulait, mais il faut vraiment qu’il remplisse la case création-organisation. On nous dit que le temps presse, c’est vrai mais il s’agit de notre dernier joker. Si on se trompe on est mort! Il y a quatre-cinq choses sur le grill, mais pour l’instant ça ne se décante pas. Le seul dossier qui a bougé s’est complètement fermé. J’ai essayé de faire venir un joueur mais son club ne voulait pas le laisser partir.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account