loader image

Au début des années soixante-dix, c’est un Philippe Mourniac haut comme trois pommes qui s’élançait sur le plan d’eau de la cité du Préconil. À une époque où Paul Bosset fabriquait des optimist en bois de ses propres mains et où l’école de voile se trouvait sur le sable de la plage du centre-ville. Aujourd’hui, la famille Mourniac est fortement liée à l’histoire du Club nautique de Sainte-Maxime (CNSM), qui a vu éclore son talent. Et si la simple évocation de ce patronyme suscite depuis longtemps l’admiration chez nombre de marins maximois, l’histoire ne s’en arrête pas là pour autant.

À 56 ans, Philippe Mourniac vient d’être nommé directeur de l’Équipe de France de voile. C’est en navigateur expérimenté, avec un palmarès long comme le bras (lire par ailleurs), qu’il mènera la barre des athlètes français vers les Jeux olympiques de Paris 2024.

“Mon unique club, c’est Sainte-Maxime”

“La voile me fait vibrer et je suis très heureux de cette opportunité unique. Le challenge est magnifique et j’ai envie de m’investir pleinement dans cette nouvelle mission”, réagit l’intéressé. Je vais essayer d’être à la hauteur et de mettre en place une dynamique qui nous portera non seulement vers 2024 mais aussi sur les olympiades suivantes. Nous avons une opportunité unique de faire de ces Jeux à domicile un levier exceptionnel pour rassembler l’ensemble de la voile française. »

Gravitant autour des sommets et ayant rarement l’occasion de venir à Sainte-Maxime, le nouveau patron des athlètes tricolores n’en garde pas moins un attachement tout particulier pour sa ville de cœur: “Je me sens toujours Maximois et particulièrement dans le monde de la voile où, avec mon frère, nous aurions pu partir ailleurs. Mais notre unique club c’est Sainte-Maxime. Avec ce qui est sans doute le plus beau cadre de navigation de France.”

“Une immense fierté”

Au sein du CNSM, “c’est une immense fierté”, souligne le président Dominique Bieux qui vante “le calme, la modestie et la capacité à se remettre en question” de Philippe Mourniac. Pour Olivier Bausset, le médaillé de bronze aux Jeux de Pékin qui regardait les frères Mourniac en idoles à ses débuts, “ses qualités techniques et pluridisciplinaires seront tout autant un atout que ses qualités humaines. Philippe (habitué aux régates comme aux courses au large N.D.L.R.) a un profil rassembleur idéal pour l’équipe de France.”

Ceux qui ont hâte de croiser ces deux champion pourront d’ailleurs le faire dès ce week-end puisque Philippe Mourniac et Olivier Bausset commenteront la manche locale de la Sail GP .

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account