Après LVMH la semaine dernière, c’est au tour du groupe de luxe Kering de dévoiler ses résultats à l’issue du premier trimestre 2021.

Une croissance drivée par le rapatriement des achats et le digital.

« Un chiffre d’affaires qui dépasse les niveaux d’avant la pandémie ». Le ton est donné pour le groupe de François-Henri Pinault qui enregistre une croissance de 25,8% (en comparable) de son CA au terme des trois premiers mois de 2021, par rapport à 2020.

Cette performance, établie à 3,9 milliards d’euros, témoigne également d’une hausse de 5,5% par rapport au premier trimestre 2019, soit bien en amont de la crise du Covid-19.


Au détail, Gucci continue à tirer les résultats du groupe vers le haut avec un chiffre d’affaires de 2,17 milliards d’euros sur cette période, en hausse de 24,6% : une tendance portée par l’attractivité des boutiques de la maison sur les zones USA et Asie, avec deux nouvelles ouvertures de flagships à venir. La griffe poursuit cependant sa prise de recul avec le Wholesale au nom d’une stratégie de distribution plus exclusive.

 « Kering a réalisé une très bonne performance au premier trimestre, avec un chiffre d’affaires qui dépasse les niveaux d’avant la pandémie. L’ensemble de nos Maisons contribue à ce rebond et nous sommes particulièrement satisfaits de la dynamique de Gucci, à l’heure où la Maison célèbre son centenaire. Si 2021 devrait encore être marquée par les effets de la crise sanitaire, la stratégie, le positionnement et la créativité de chacune de nos Maisons leur permettront d’exceller dans le contexte actuel. »

François-Henri Pinault – Président Directeur Général, Kering.

La maison Saint Laurent enregistre pour sa part une hausse des ventes de 23,4%, à 516,7 millions d’euros alors que le retrait des réseaux sociaux de Bottega Veneta n’a pas pénalisé la maison dont les ventes ont augmenté de 24,6% sur des bases de comparaison très élevées.

Le chiffre d’affaires des autres marques du groupe – dont Alexander McQueen, Balenciaga ou encore Boucheron – atteint 714,3 millions d’euros au premier trimestre, soit +33,1% en comparable.

Véritable driver de croissance, l’Asie-Pacifique témoigne d’une hausse des ventes de +83%, suivie par l’Amérique du Nord, en augmentation de +46% : des performances soutenues par le rapatriement des achats au niveau local et par la digitalisation des usages face aux mesures de distanciation sociale. Sur ce premier trimestre, toutes zones géographiques confondues, les ventes en ligne du groupe ont ainsi grimpé de +108%… L’e-commerce représente désormais 14% des ventes en propre des maisons Kering.

Journal du luxe

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account