Mis à jour le 23/04/2021 à 11:35

Publié le 23/04/2021 à 11:32

Une bière en terrasse, ce sera possible dans quelques jours.
Photo Dylan Meiffret

La CCI et le syndicat hôtelier soutiennent la demande de déconfinement anticipé dans les Alpes-Maritimes


Alors que le Premier ministre Jean Castex a dévoilé jeudi 22 avril les premières étapes de la levée des restrictions en France, plusieurs élus du département réclament un “déconfinement anticipé et progressif” dans les Alpes-Maritimes. Une initiative appuyée par le vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie Nice-Côte d’Azur et le président local de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.

Ils veulent aller plus vite que le gouvernement.  L’ensemble des présidents des communautés d’agglomération des Alpes-Maritimes et de la métropole Nice Côte-d’Azur ainsi que le président du Conseil départemental unissent leur voix, dans un communiqué publié ce jeudi soir, juste après la conférence de presse du Premier ministre sur la levée progressive des restrictions. Ils sont soutenus par les représentants de l’économie azuréenne.

“On n’en peut plus !”

C’est un cri du coeur. Bernard Chaix, le vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie Nice-Côte d’Azur, salue l’initiative des élus des Alpes-Maritimes. Leur demande d’un déconfinement anticipé et progressif lui paraît devoir être entendue: “On n’en peut plus ! Il faut que ces élus soient entendus. On compte les jours, on compte les heures, le plus tôt sera le mieux.”

Bernard Chaix se réjouit donc de cette déclaration : “On a tous envie de travailler et de rependre au plus vite, maintenant que nous sommes revenus à des conditions sanitaires acceptables.” Une crainte cependant:

“Il faut vraiment que soit posée la question des soldes. Dont la date d’ouverture doit absolument être repoussée. Compte tenu de la saisonnalité et des contraintes qui ont pesé sur le commerce, on ne peut pas reprendre en mai avec des opérations privées, des rabais, puis les soldes en juillet. Il faut tout décaler.”

“Pouvoir enfin travailler”

Denis Cippolini, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, abonde évidemment dans ce sens. “Nous ne demandons qu’une chose, et depuis longtemps. C’est de pouvoir rouvrir nos établissements et de pouvoir enfin travailler. On ne peut qu’être de tout coeur avec ce que élus proposent, on n’en peut plus d’attendre, on n’en peut plus de voir ce qui se passe près de chez nous, en Angleterre notamment, où la restauration a repris.”

Denis Cipppolini le rappelle : “Nos protocoles ont été entérinés une première fois en juin 2020, une deuxième fois en septembre. Nous avons mis en place tout ce qu’il fallait et aujourd’hui encore, nous sommes prêts à faire tous les efforts nécessaires. Il ne manque plus que le feu vert. C’est ce que l’on souhaite.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account