Vous interrogez également la fragilité psychologique des personnalités publiques?

Je voulais surtout montrer combien ce milieu n’est pas facile, que le succès pas garanti, et surtout pas à vie. Quand on met les pieds dedans, il faut avoir la tête sur les épaules et avoir conscience que l’on fait de vous une star aussi vite que l’on peut vous oublier. Cela peut vous détruire. Je veux montrer à toutes celles et ceux qui veulent aller jusqu’au bout de leur rêve, dans ce milieu, qu’il faut y aller mais sans oublier d’où l’on vient, et que ce métier peut vous détruire.

Vous abordez aussi le rapport que l’on entretient avec le public via les réseaux sociaux, et comment se protéger?

Bien sûr. Il ne faut pas tout donner. En tant que personnalité publique, on ne peut pas répondre à tous les messages que l’on reçoit par exemple, mais si je parle de moi, j’ai une team – je préfère ce mot à fan-club – avec laquelle j’entretiens des rapports amicaux, privilégiés. Je suis proche de mon public et ça, on ne pourra pas me l’enlever. C’est un peu ce que je dis dans le livre d’ailleurs: Sélia, elle prend des ondes positives auprès d’eux.

Avez-vous été confrontée à un fan un peu trop envahissant?

Une fois. Je me suis inspiré de lui d’ailleurs dans ce livre. C’est une situation très anxiogène et angoissante. Par contre aujourd’hui, j’ai une relation, via les réseaux sociaux, très bienveillante avec mon public, mes fans. J’aime beaucoup la relation que j’ai construite avec eux. Bien sûr, certains n’aiment pas ce que je fais, c’est leur droit évidemment. Mais j’avoue que je n’ai pas beaucoup de haters et je me concentre sur le public qui me suit avec bienveillance.

Vous saluez, en préambule, l’auteur Julien Dufresne-Lamy, avec qui vous avez collaboré?

Je suis sur ce roman depuis deux ans et demi. Comme le thriller psychologique était une structure d’écriture que je découvrais, c’était très difficile à adopter. Il y avait beaucoup de travail à réaliser sur ce plan-là, comme sur la psychologie des personnages. Julien m’a épaulé à ce niveau-là les six derniers mois, et chez Plon, Gregory Berthier mon éditeur, m’a également accompagnée durant ces deux ans et demi de travail.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account