loader image

Odile, 50 ans, avait été retrouvée agonisante sur la plage de la Mitre à Toulon, le 1er janvier 2021. Elle est décédée à l’hôpital quelques heures plus tard, des suites d’une intoxication médicamenteuse.

L’enquête ouverte pour confirmer les causes du décès a établi que la quinquagénaire, dépressive, a mis fin à ses jours. En mai dernier, des membres de la famille d’Odile ont déposé plainte pour “suicide forcé”, une circonstance aggravante du délit de “harcèlement moral”.

“Faire preuve de transparence”

Bernard Marchal, procureur de la République à Toulon, a indiqué ce jeudi qu’un juge d’instruction sera chargé de conduire des investigations, confirmant une information de RMC.

“Des attestations produites à l’appui de la plainte soulèvent des questions auxquelles il faut répondre. Il est important de faire preuve de transparence”, explique le magistrat.

L’information judiciaire qui s’ouvre est pour le moment dirigée “contre X”, précise Bernard Marchal, alors que les plaignants accusent le mari d’Odile d’avoir poussé celle-ci au suicide.

Expertises et auditions

À l’antenne de RMC ce jeudi, l’une des sœurs d’Odile a réclamé des investigations sur la téléphonie le jour du drame, et a évoqué des “témoignages…” “Plus le temps va passer, moins ils seront frais.”

“Les témoins expliquent qu’Odile était quelqu’un qui a toujours été très gaie avant de sombrer dans la dépression”, réagit l’avocat du mari d’Odile, Me Bertrand Pin, contacté par Var-Matin.

“Il y a une forme d’acharnement, sous la pression médiatique, alors que mon client a été dévasté par la perte de son épouse. Il n’a eu aucun rôle dans ce suicide comme l’a établi [l’enquête initiale].”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account