Il nous accueille, enfin façon de parler quand on lui demande comment va se passer la fête: “Quelle fête? Vous êtes invités? Non, alors ça ne vous regarde pas. Ne viennent ici que des gens que j’invite…” répond-il comme une invitation à tourner les talons.

On insiste sur la tenue ou pas du cocktail et du concours de boules, prévus à partir de 19h près de la fontaine de la place des Lices. “J’ai le droit de jouer aux boules”, élude-t-il.

À l’heure dite, la célèbre place tropézienne n’est occupée que par les traditionnels estivants et boulistes du cru. Aucun signe des réjouissances annoncées, ce qui satisfait visiblement un groupe de policiers municipaux discrètement présents au bout de la place.

“On a réussi à le court-circuiter”

Jointe à cet instant, le maire Sylvie Siri s’en réjouit également.

Christophe Leroy lui aurait-il indiqué dans l’après-midi qu’il avait renoncé à son projet? “J’ai envoyé quelqu’un et on m’a confirmé qu’il ne se passait rien du tout place des Lices mais je n’ai jamais eu de contact avec M. Leroy. Il a dû avoir vent sur les réseaux, où j’ai vu que ça commençait à se déchaîner, que la mairie s’associait à l’opposition de Guillaume Barclay, pour des raisons déjà de sécurité. On a réussi à le court-circuiter et c’est une bonne chose car franchement, associer Saint-Tropez et l’image de M. Barclay avec ces soirées à l’arrache, sauvages et sans autorisation, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux…”

Quant à la soirée privée, elle va semble-t-il bien avoir lieu, mais loin du regard des vacanciers…. et des journalistes qui, à l’inverse des fameuses “soirées blanches” d’Eddy Barclay, n’étaient pas les bienvenus!

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account