Michaela Mengel, l’une de ses interlocutrices, a fondu en larmes en se souvenant comment elle a assisté aux derniers instants de sa fille, sur l’écran de son téléphone.

Elle l’avait vue pour la dernière fois peu après son admission à l’hôpital, la veille de Noël. “Elle avait des tubes à oxygène dans le nez, elle me regardait avec ses grands yeux”, a raconté M. Mengel. Elle ne pouvait pas parler. “Je lui ai dit: “Au revoir ma chérie, je t’aime, maman va revenir””.

Plusieurs médias ont régulièrement publié aussi depuis des mois des témoignages de proches pour donner ainsi un visage et une voix posthume aux victimes.

“Dramatique”

La commémoration intervient alors qu’une troisième vague de l’épidémie marquée par la rapide propagation de variants s’est emparée de l’Allemagne, qui voit le nombre de nouvelles infections, et de morts de nouveau grimper, alors que la campagne de vaccination a mis du temps à décoller.

“L’ampleur des décès est tellement dramatique que nous avons besoin justement maintenant” d’une telle cérémonie nationale, où “une société toute entière se recueille en l’honneur de tous ces morts beaucoup trop nombreux”, a estimé Heinrich Bedford-Strohm, le président de l’église évangélique d’Allemagne auprès de l’agence DPA.

D’autant plus que les mesures de lutte contre le virus sont appelées à se durcir dans le pays.

Le gouvernement d’Angela Merkel veut en effet imposer un verrouillage national, avec notamment des couvre-feux et nouvelles restrictions des contacts, dans l’objectif de lutter plus efficacement contre le virus et mettre un terme au cafouillage de la gestion de la crise jusqu’ici menée avec les régions, compétentes en matière sanitaire.

“Le virus ne pardonne pas les demi-mesures, elles ne font que l’aggraver”, a prévenu la chancelière vendredi en défendant au Bundestag la loi qui doit renforcer ses pouvoirs. Le feu vert du parlement est attendu la semaine prochaine.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account