loader image

“Un terrain déjà fortement anthropisé et sans réelle valeur écologique.” “Une architecture innovante.” C’est en ces termes que le commissaire-enquêteur qualifie le projet immobilier Écotone dans son rapport, fruit de l’enquête publique qui s’est déroulée dans le cadre de la demande de permis de construire déposée le 8 septembre 2020.

L’avis est favorable. Prévu sur un terrain d’assise de 49.191 m2, aux Trois-Moulins, et une surface totale de plancher de 44.651 m2, le programme porté par la Compagnie de Phalsbourg a dû en passer par une évaluation environnementale.

Pour le commissaire-enquêteur, donc, “le projet n’aura pas d’impact majeur sur l’environnement.” C’était l’une des principales craintes de ceux qui ont pris la peine de participer à l’enquête.

Mieux, “il apportera même des améliorations sur certains points, comme la minimisation des surfaces imperméabilisées (17.549 m2 dont 5.926 m2 sous voiries pour 44.651 m2 de surface de plancher hors sol et 39.577 m2 de parkings souterrains), l’écrêtement et la décantation des eaux pluviales, la réduction d’infiltrations de polluants vers la nappe d’eau souterraine et la dépollution partielle du site de l’ancienne décharge d’ordures ménagères sous-jacente.”

Présence d’hydrocarbures

C’est justement sur le traitement des déblais issus du chantier que le commissaire-enquêteur attire l’attention du promoteur. On estime à 206.000 m3 le volume extrait. Le pétitionnaire a fait procéder à un diagnostic environnemental des sols.

Sur le secteur nord occupé jusqu’ici par l’ancienne déchèterie et de la décharge, au sud ouest du site, le remblai sur le premier mètre présente ponctuellement des anomalies en hydrocarbures et une zone révèle de fortes teneurs en métaux sur brut.

Sur le secteur de l’ancien club de tennis, correspondant à la partie médiane du projet, une première zone de terrain a également montré la présence de fortes teneurs en certains métaux lourds. En surplomb des anciens terrains de tennis, l’analyse des remblais confirme des taux de fraction soluble de sulfates supérieurs aux normes en vigueur.

Quid de ces remblais lorsqu’ils seront excavés? Le promoteur prévoyait un réemploi au sein des buttes paysagères de l’ensemble des matériaux extraits, sauf ceux éliminés en filières adaptées. Les sols les plus pollués seraient confinés, avec la mise en place d’un système de récupération des eaux d’infiltration pour éviter leur contact avec les buttes.

Le commissaire-enquêteur déconseille cette solution. Trop risqué pour un site appelé à employer à terme 2.300 personnes, car “tous les remblais du site seraient constitués par des terres polluées parfois exposées sur des terrains non excavés et donc non dépollués.”

Et de conclure: “L’évacuation de 10.000 m3 de terres fortement polluées ne devrait pas susciter de problème logistique sur un chantier qui produira au total 206.000 m3 de remblais.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account