Les faits

Le corps d’une femme de 32 ans a été découvert dimanche au petit matin au Plan-de-la-Tour (Var), une commune qui surplombe le golfe de Saint-Tropez. La victime a été abattue de plusieurs balles. Deux coups de feu au moins ont été tirés, et un impact a été relevé sur le crâne de la jeune femme. A proximité, une douille de calibre 9 millimètres a été retrouvée.

C’est un livreur de Var-matin qui a donné l’alerte après avoir découvert, vers 5h30, la dépouille à l’entrée d’une ruelle donnant sur le deuxième rond-point d’entrée du village, route de Sainte-Maxime, face au restaurant Diabolik Pizza. Les faits se seraient produits environ deux heures plus tôt, devant la résidence où habitait la victime.

Le périmètre a alors rapidement été bouclé par les gendarmes, présents en nombre aux côtés des hommes de l’Identification criminelle.

L’enquête, ouverte par le parquet de Draguignan, a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie nationale à Marseille appuyée par la brigade de recherches de Gassin-Saint-Tropez.

La victime

Très vite, l’identité de la victime pouvait être établie: il s’agit de Doriane Ragon, une jeune femme bien connue dans le village où elle exerçait la profession d’aide ménagère, notamment au domicile de personnes âgées.

Vraisemblablement attendue sur place par son meurtrier, la jeune femme a été froidement abattue devant le portail de la résidence Odalys, à l’entrée du village, où elle occupait un studio avec sa fille Zoé, âgée d’une dizaine d’années et absente au moment des faits. D’après un témoin, elle revenait de la soirée d’anniversaire d’une amie.

Ses voisins décrivaient dimanche une “jeune femme discrète”, “qui connaissait tout le monde”.

La traque du suspect

Rapidement identifié, le principal suspect gravitait dans l’entourage de la victime, qu’il aurait cherché à séduire dans les heures précédant son forfait.

Activement recherché dès les premières heures du jour dans le Var mais aussi dans les départements limitrophes, il a finalement été localisé, plus tard dans la journée de dimanche, dans les Alpes-Maritimes, alors que les gendarmes redoutaient que l’homme ait pu mettre fin à ses jours.

“Des enquêteurs se sont présentés (dimanche)” sur les hauteurs de Grasse “pour auditionner une personne suspectée d’être impliquée” dans cet homicide, rapporte une source proche de l’enquête. “Au début, l’homme a accepté mais il a ensuite refusé d’être auditionné et s’est retranché dans sa maison”.

Les forces d’élite du GIGN d’Orange (Vaucluse) se sont alors déployées dans le village et l’homme a tiré sur un gendarme dans la soirée, “mais sans le blesser”, a précisé cette source.

Des forces du GIGN parisien sont venues en renfort et l’homme était toujours activement recherché lundi à la mi-journée, dans la commune de quelque 600 habitants.

“A Gréolières, les commerces sont fermés, mais nous pouvons circuler dans le village. On ne peut pas utiliser le terrain d’atterrissage pour les parapentes car il y a un hélicoptère de la gendarmerie, deux hélicoptères militaires et des camions de gendarmes”, a précisé un employé de l’école de parapente du village, Olivier Martinez.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account