C’était la dernière étape légale, le dernier pas avant le début de la campagne officielle qui débutera le 31 mai.

Neuf listes ont été déposées en préfecture pour les élections régionales. Six étaient attendues : celles menées par Thierry Mariani (RN et Droite populaire), Noël Chuisano (DLF), Renaud Muselier (LR), Jean-Marc Governatori (Cap écologie), Jean-Laurent Félizia (EELV, PS, PCF…) et Isabelle Bonnet (Lutte ouvrière).

Trois se sont invitées au bal sur la pointe des chaussons. D’abord la liste régionaliste “Oui la Provence”, qui rassemble des artistes et des écologistes mécontents des “manœuvres d’appareils” autour du groupe de Félizia.

Pour promouvoir la candidature d’Eric Zemmour

Deux aréopages plus… insolites ont également fait leur apparition.

D’une part, “Zou ! La liste qui vous débarrasse du système”, portée par Valérie Laupiès, ex-RN, conseillère régionale sortante. Avec le soutien de la Ligue du Sud de Jacques Bompard, elle vise notamment à promouvoir la candidature du polémiste Éric Zemmour à la présidentielle.

Elle pourrait grignoter au passage quelques voix à l’extrême droite de Thierry Mariani. Combien ? Toute la question est là.

D’autre part, la liste “Un notre monde”, menée par Mikael Vincenzi, est soutenue par les collectifs Reinfo Covid et Fédération Citoyenne. Elle milite contre les mesures sanitaires qui “restreignent” les libertés des citoyens, contre une vie “masquée” et des vaccins “imposés de force”.

“Une insulte faite aux militants”

Par ailleurs, du côté de LR, les hostilités ne cessent pas. A la veille du comité stratégique prévu mardi matin à Paris, le Comité départemental de la Fédération des Républicains des Alpes-Maritimes, présidée par Éric Ciotti, a désavoué Renaud Muselier en votant à bulletins secrets une motion retirant le soutien accordé à sa liste.

Les signataires estiment, à 84%, que le président sortant de la Région a “passé un accord politique avec le pouvoir macronien.” Ils dénoncent “un état de fait inacceptable” et jugent que cette “alliance constitue une insulte faite aux militants”.

Des proches de Renaud Muselier rappelaient, lundi soir, que le Comité n’a “aucune compétence” dans l’attribution ou le retrait des soutiens. Cela relève de la Commission nationale d’investiture dirigée par un certain… Eric Ciotti.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account