Mais un tel biais n’a jamais été prouvé dans les faits, au contraire, comme le montre la capacité de groupes de droite à mobiliser les foules sur les plateformes.

Surtout, “les gens confondent le droit de dire des choses et le droit de les amplifier en s’adressant à davantage de personnes. Les réseaux sociaux, c’est l’amplification, et ce n’est pas un droit fondamental”, analyse le professeur.

“Quand vous créez un compte, vous acceptez les règles de ces entreprises privées”, continue-t-il. “Je ne vois aucun républicain se plaindre de l’interdiction de la pornographie sur Facebook”.

Le président a fait de Twitter sa tribune de prédilection. Elle lui a longtemps permis de s’adresser directement à ses partisans et à ses détracteurs, sans filtre… Jusqu’à ce que les plateformes ne doivent sévir, sous la pression de la société civile.

Mais les mensonges et emportements sur des sujets aussi graves que la santé, au début de la pandémie de Covid-19, ou sur les manifestations antiracisme cet été, ont fait déborder le vase.

Donald Trump ne peut donc plus vraiment partir en roue libre sur les réseaux, qui se comportent de plus en plus comme des médias, en prenant des décisions éditoriales.

Plusieurs chaînes américaines ont interrompu jeudi soir la diffusion d’une allocution du président, estimant qu’il faisait de la désinformation.

La voie de la raison

À grands coups de lettres majuscules, le président américain tempête depuis mardi soir qu’il a gagné des Etats-clés où le dépouillement est toujours en cours, que les démocrates organisent des fraudes électorales pour lui “voler” l’élection.

“Tous les votes qui arrivent après l’élection ne seront pas comptés!” s’exclamait-il encore jeudi, à tort, à l’attention de ses 88 millions d’abonnés.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account