Près 4 millions de personnes éligibles à la vaccination n’auraient pas encore reçu la précieuse injection. C’est Olivier Véran qui le rappelait ce mardi, lors d’un déplacement à la cellule de crise de l’ARS Île-de-France. Or le ministre de la Santé l’a rappelé: priorité leur est toujours donnée, il n’est pas encore question d’ouvrir en masse les créneaux.

Pourquoi reste-t-il autant de monde non vacciné sur la liste des prioritaires? Deux explications à cela.

La première c’est qu’une partie de la population ne souhaite pas bénéficier du vaccin. Effectivement, il n’est pas obligatoire et libre à chacun de juger s’il préfère prendre le risque d’être contaminé par la Covid. Les communications autour des effets secondaires ont jeté le trouble malgré les exhortations des professionnels de santé. Le Dr Véronique Mondain, infectiologue au CHU de Nice, rappelait hier encore dans nos colonnes que de tels effets avaient été déclarés en moyenne dans un cas sur un million. La probabilité d’en déclencher est donc bien moindre que de celle de faire une forme grave du coronavirus.

Seconde explication: même si beaucoup de grands centres de vaccination urbains ont des créneaux vacants mais ce n’est pas toujours le cas des zones rurales. Dans certaines petites villes, des personnes éligibles au vaccin n’ont pas encore réussi à obtenir un rendez-vous.

Dans les Alpes-Maritimes, fortement touchées en février dernier, le nombre de doses livrées a rapidement été revu à la hausse, permettant ainsi de vacciner en masse (le département compte près de 30% de vaccinés).

La Métropole Nice Côte d’Azur injecte le sérum anti-Covid depuis une dizaine de jours à des publics en première et seconde lignes (forces de l’ordre, enseignants, assistantes maternelles, forces de l’ordre ou encore les conducteurs de transport en commun).

Elle a mis en place une plateforme de prise de rendez-vous et lorsqu’il reste des doses en fin de journée (il arrive que des personnes ayant pris rendez-vous ne se présentent pas), elles sont attribuées à ceux qui se sont inscrits au préalable – majoritairement des actifs travaillant avec du public ou des personnels exerçant en milieu clos. Petite précision: inutile de se présenter sans rendez-vous dans les centres de vaccination, excepté au Théâtre de Verdure (pour les publics prioritaires). La Métropole précise ainsi qu’“aucune dose n’a été perdue depuis le début de la campagne”.

La mairie de Cannes va quant à elle encore plus loin: elle a décidé d’ouvrir de nouveaux créneaux aux plus de 40 ans (avec ou sans comorbidités) pour les Cannois et les professionnels du privé exerçant dans la commune. Et explique que cette décision s’inscrit “dans le cadre de la nouvelle dotation de vaccins (Pfizer et Moderna) attribuée à Cannes jusqu’au 6 juin, qui dépassera les besoins du public prioritaire déjà pris en compte, et en raison de la décision ministérielle de reporter de 28 à 42 jours l’administration de la 2e injection.” Là encore, il suffit de s’inscrire en ligne via le site de la mairie.

La volonté est donc manifeste dans le département de ne gâcher aucune dose et de permettre au plus grand nombre d’être protégé.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account