Face caméra, Virginie Efira qui incarne sœur Benedetta, nonne lesbienne du XVIIe dont les “extases mystiques” et l’histoire hors norme ont fait l’objet d’une biographie signé Judith C. Brown qui a largement inspiré Verhoeven.

Charlotte Rampling, Lambert Wilson, Clotilde Courau, Daphné Patakia et Olivier Rabourdin viennent compléter le casting de ce brûlot, présenté à la 74e édition du Festival de Cannes. 

Il s’avère en effet que, comme de précédents films du sieur Verhoeven, Benedetta est cataloguée “œuvre sujet à controverse” de par son sujet sensible, reconnaît-on chez SBS Productions qui finance le film.

Tournage sur-verrouillé

Un parfum de scandale où se mêlent “sexe, sang et religion” qui implique son lot de consignes d’avant sortie… Première d’entre elle pour la presse: “Zéro journaliste sur le plateau!

De Variety au Film Français, aucun média n’est autorisé. Tout est verrouillé“, tranchait-on sans appel au siège parisien de SBS. Sur place, le personnel de l’abbaye était également soumis à une clause de confidentialité.

Début octobre 2018, une délégation régionale (la Région est partenaire financier) était malgré tout conviée à visiter le “saint des saints” mais avec une consigne stricte: aucune photo!

La partie sulfureuse du film est tournée en France“, confirmait alors Saïd Ben Saïd chez nos confrères de Vanity Fair.

Tout en se tenant à distance du tournage, l’influent producteur qui se félicitait jusque-là de la performance de Virginie Efira a visionné les rushs tous les jours pour se tenir informé de la progression du projet.

Eglise abbatiale préservée

J’ai pu parcourir quelques décors et je peux vous dire qu’ils sont très beaux et bien aménagés. Le dortoir des moines par exemple est très fidèlement reconstitué époque XVIIe“, laissait filtrer le père Cante qui continuait à célébrer ses messes dominicales dans l’église abbatiale qui, elle, n’est pas ouverte aux visions érotiques du bouillant réalisateur néerlandais.

Paul Verhoeven cultive ce qui va choquer. C’est son style”, déclarait pour sa part le délégué à l’information du diocèse de Fréjus-Toulon, le père Louis-Marie Guitton, tout en confessant qu’il n’ira pas voir ce film.

“Nous ne souhaitons pas sur-réagir à ce film qui va chercher la polémique et qui de toute façon n’est pas une œuvre d’historien, confiait-il. Donc libre à lui d’adapter ce genre d’histoire comme il l’entend. Nous ne sommes pas à l’époque de la censure ni de l’Inquisition et je respecte son travail d’artiste.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account