“Le président n’a pas encore été vacciné, mais nous prévoyons (qu’il le soit) d’ici la fin de la journée, dans la soirée”, a indiqué aux journalistes Dmitri Peskov.

“Nous ne le montrerons pas, il faudra nous croire sur parole”, a-t-il poursuivi, ajoutant que se faire vacciner “sous l’œil des caméras, (Vladimir Poutine) n’aime pas ça”.

M. Peskov a également refusé de préciser si M. Poutine sera vacciné à l’aide du Spoutnik V, l’injection phare de Moscou, ou l’un des deux autres vaccins développés par le pays.

“Ce sera l’un des trois, nous ne dirons pas spécifiquement lequel”, a lancé M. Peskov, tout en vantant “leur efficacité et leur fiabilité”.

Vladimir Poutine, 68 ans, a promis lundi de se faire vacciner le lendemain, une annonce attendue de longue date alors qu’il avait déjà fait une promesse en ce sens en décembre dernier, au moment où son pays lançait la campagne d’inoculation de sa population.

De nombreux dirigeants dans le monde ont été vaccinés contre le coronavirus, dont le président américain Joe Biden, le pape François ou encore la reine Elizabeth II.

Certains responsables l’ont fait devant les caméras, un message de confiance en la science adressée à leurs concitoyens.

Malgré le succès proclamé de son vaccin Spoutnik V, à grand renfort de propagande publique et homologué dans 56 pays, la Russie peine à vacciner sa population, dont une part importante reste méfiante.

Jusqu’à présent, seuls 4 millions de Russes ont reçu les deux injections du vaccin et 2 autres millions la première dose. Soit seulement 4% de la population russe, bien loin du taux affiché aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

Selon un sondage publié début mars par le centre indépendant Levada, près de deux-tiers des Russes estiment que le Covid-19 est une “arme biologique” créée par l’homme, et 62% des personnes interrogées ne sont pas disposées à se faire vacciner.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account