loader image

Cet après-midi, lors de la cérémonie LVMH, Rui, Lukhanyo Mdingi et Kidsuper ont remporté le Prix Karl Lagerfeld tandis que Nensi Dojaka est devenue lauréate du Prix LVHM. Focus sur ces quatre parcours de mode.

Un jury cinq étoiles. 

Comme chaque année, le Prix LVMH rayonne par son jury composé des plus grands noms de la mode. Pour la huitième édition, les créateurs Kim Jones, Jonathan Anderson, Maria Grazia Chiuri, Marc Jacobs et Stella McCartney ont sélectionné les vainqueurs aux côtés de Delphine Arnault, Bernard Arnault, Sidney Toledano et Jean-Paul Claverie. Si la cérémonie a été présentée par Derek Blasberg, Emma Chamberlain et Delphine Arnault, les prix ont été annoncés par l’actrice Isabelle Huppert.

Neuf créateurs et leurs labels étaient en liste : Bianca Saunders, Charles de Vilmorin, Rui, Christopher John Rogers, Conner Ives, Kidsuper, Lukhanyo Mdingi, Kika Vargas et Nensi Dojaka.

Trois gagnants pour le Prix Karl Lagerfeld. 

C’est une grande première dans l’histoire des récompenses de mode LVMH : trois lauréats ont gagné le Prix Karl Lagerfeld, contre un habituellement. Parmi eux : les labels Rui, Lukhanyo Mdingi et Kidsuper.

Rui par Rui Zhou.

Diplômée de Parsons en 2018, Rui Zhou lance sa marque Rui un an plus tard. La créatrice chinoise basée à Shanghai et New York a déjà participé à trois Fashion Week dans la ville américaine. Son travail fait écho aux matières et aux corps, à la “beauté dans l’imperfection, l’inachevé, le brisé et même le mal aimé”, comme l’indique le site de la marque. “Un vêtement est comme une installation ; quand je fais du drapé ou des croquis, je pense toujours à la forme du corps comme à un cadre” a déclaré Rui Zhou dans un entretien à Vogue US. Poétiques, puissantes et délicates, ses pièces unisexe ont déjà été adoptées par les célébrités, comme Dua Lipa lors de sa couverture pour le Rolling Stones ou encore le duo de chanteuses Chloe x Halle, et ont été remarquées dans de nombreux magazines. Si la créatrice souhaite que ses collections se portent aussi par un large public, la marque est d’ores et déjà distribuée en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Lukhanyo Mdingi par Lukhanyo Mdingi.

Basée en Afrique du Sud, la marque éponyme de Lukhanyo Mdingi est née en 2015, année où le créateur reçoit son diplôme de l’Université de technologie de la péninsule du Cap. Sa mode comporte diverses références interculturelles et se veut esthétiquement accessible. Lukhanyo Mdingi s’appuye sur des recherches et sur la théorie, entraînant des collections baignées dans “l’esprit pur du design réfléchi et du raffinement moderne”, décrit l’Instagram du LVMH Price. Dans une interview pour The Fader, le créateur expliquait : “Je veux être traditionaliste. Quand je regarde les vêtements de prêt-à-porter, tout est question de fonctionnalité et de portabilité. J’aime beaucoup la forme. J’aime la structure, la texture et la sensation”. Lukhanyo Mdingi est aussi à l’origine d’un podcast, “The Premise“, décrit comme “une exploration du son, de la vérité et de la sagesse”.

Kidsuper par Colm Dillane.

Lors de son discours suivant l’annonce des vainqueurs du Prix Karl Lagerfeld, Colm Dillane s’est rappelé de ses débuts dans la mode, lorsqu’il vendait adolescent des t-shirts dans la cafeteria de son lycée. Son parcours atypique – un diplôme de mathématiques de l’Université de New York – le ramènera à la mode, mais aussi à l’art, la musique et à l’audiovisuel. Ce touche-à-tout basé à New York a crée une marque de streetwear, Kidsuper, et a récemment collaboré avec Puma. Multi talents, Colm Dillane a fondé un espace physique où se rencontre artistes et créatifs. Colorées et underground, ses collections ont déjà attiré la scène médiatique et sont portées par des stars telles que Jay-Z et Young Thug.

Les trois lauréats recevront une somme de 150.000 euros ainsi qu’un an de mentorat chez LVMH.

Nensi Dojaka, lauréate du Prix LVMH 2021.

Seulement deux ans après le lancement de sa marque éponyme, Nensi Dojaka est l’heureuse gagnante de l’édition 2021 du Prix LVMH. Basée à Londres, la créatrice albanaise a collaboré avec Ssense directement après son diplôme de la Central Saint Martins en 2019. Son style féminin et minimalisme se traduit par des jeux de transparence, entre la lingerie et le prêt-à-porter, alors que ses vêtements ont été propulsés par Bella Hadid et Emily Ratajkowski. “J’aime associer mes corsets à des pièces tailoring, comme un pantalon de tailleur bien coupé, mais la petite robe noire demeure l’un de mes best-sellers. Le layering est également l’une de mes signatures, je superpose par exemple un top à l’esthétique lingerie avec une chemise” a-t-elle décrit à Vogue Paris.

La créatrice recevra une dotation de 300.000 euros et un an de mentorat par une équipe LVMH.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account