Au village, le quartier du Vernet, sur la route de Venanson, est le plus gros secteur encore concerné: une douzaine de maisons, dont celle d’Ange Volpi et Murielle Richy. Selon eux, ils faisaient partie des deux résidences principales. L’autre est inhabitable.

Leur propriété achetée il y a huit ans n’a rien, mais elle reste privée d’eau et d’accès routier.

Il faut monter à pied une vingtaine de minutes à travers des propriétés voisines et des décombres pour l’atteindre.

Un quad pour être prêt

Actuellement relogé dans un appartement au cœur du village, le couple n’espère qu’une chose: que l’eau soit rétablie.

Ils n’attendront pas qu’une route soit réalisée, car il n’y a encore aucune échéance. “Quand c’est chez vous, vous vous dites “Merde, pourquoi c’est pas fait?”, même si on comprend et que beaucoup de choses ont été faites, relativise Ange. Le problème, c’est que ça fait six mois. On a patience, mais ça commence à faire long. »

Ange et Murielle ont donc acheté un quad avec l’argent que les assurances leur ont versé en dédommagement de leurs voitures écrasées pendant la tempête.

Ils s’entraînent pour être prêt le jour J, lorsqu’il faudra remonter le vallon, par exemple pour monter les courses.

“Je suis en train d’apprendre, mesure Ange. On a espoir, on va tenter, on veut rentrer chez nous, raconte Murielle. Là, les beaux jours arrivent. Avant, c’était tout gelé, il n’y avait pas Internet, rien. On a hâte: quand on va chez nous, ça a l’air à l’abandon, même les animaux rentrent.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account