Il était à Marseille pour sa Fondation “La France s’engage” qui travaille sur l’intégration des femmes en situation de précarité et sur le développement de l’art dans les quartiers. François Hollande a également rencontré le maire de la cité phocéenne, Benoît Payan. Et il s’est expliqué sur ses propos au sujet du Carnaval interdit à Marseille qui a réuni plus de 6500 personnes dans les rues dimanche dernier. L’ancien chef de l’État avait lancé: “N’en faisons pas un drame”.

Sa Fondation, “La France s’engage”

“Nous retenons une quinzaine de projets par an, innovants et avec un fort impact social sur les territoires. À Marseille, il y a des associations pour que les femmes puissent avoir accès à des métiers qualifiés et pour que l’art puisse trouver sa place dans les quartiers. Et j’ai voulu aller le vérifier sur place. Ce que j’ai vu est réconfortant. En période de crise sanitaire, ces actions se sont poursuivies et certaines même se sont amplifiées. Certaines femmes formées à cuisine, à la gastronomie, sont restées motivées alors que ce n’est pas évident alors que les restaurants sont fermés. Et quand les lieux de culture sont fermés, que des artistes travaillent dans les quartiers c’est bien la preuve que l’on peut travailler pour que la culture aille au plus près des populations”.

Rencontre avec Benoît Payan

“C’est d’abord une fierté de voir qu’il dirige Marseille, je le connais depuis longtemps et il a toutes les qualités requises. Je lui ai dit de ne pas perdre de temps, un mandat de 6 ans c’est court. Il faut parer au plus urgent mais aussi sur le long terme et je sais qu’il va y parvenir”.

Carnaval de Marseille

“C’était interdit et ce n’était pas souhaitable, ce que je ne veux pas c’est que cela donne une mauvaise image de Marseille. Les jeunes ne peuvent plus sortir, ils sont privés de tout, c’était un moment de relâchement. C’était un risque pour eux et pour la population. Mais il faut passer à autre chose”.

Slogan du gouvernement “Dedans avec les miens, dehors en citoyen”

“C’est de la communication et parfois ça peut permettre à chacun de mieux comprendre les choses. Je pense que cela a été suffisamment confus dans l’expression initiale alors si ça permet de bien faire comprendre, c’est bien! Je ne veux pas donner de leçon, je sais que c’est difficile de gérer des crises, j’en ai géré. Ce que l’on attend maintenant c’est de la clarté, de la transparence et du dialogue”.

 

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account