loader image

À cette occasion, le maire, Christian Estrosi, n’a eu de cesse de marteler sa fierté d’avoir vu ses agents défiler à Paris, pour le 14-juillet, mais aussi sa volonté d’élargir les prérogatives des polices municipales.

Au cours de cette cérémonie, le maire, le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, et le premier adjoint, Anthony Borré, ont remis des distinctions à des agents qui se sont illustrés au cours des derniers mois.

La police municipale de Nice a également reçu une Marianne d’or, récompense traditionnellement réservée aux maires. Une deuxième a été attribuée au premier adjoint, Anthony Borré.

Des bornes d’appel d’urgence efficaces

Après avoir salué “l’engagement” de ses troupes face à la forte mobilisation rendue nécessaire par “le contrôle du respect des mesures sanitaires et la multiplication des mouvements sociaux”, Christian Estrosi a dressé un bilan chiffré de l’activité de la police municipale cet été.

Selon lui, la police municipale a répondu à 23.491 appels, à 837 déclenchements de borne d’appel d’urgence, “qui ont permis notamment d’intervenir rapidement et d’interpeller l’auteur de violences familiales rue de France ou encore les auteurs d’un vol à l’arraché Quai des États-Unis”, à 331 activations de boutons d’alertes déployés dans les bâtiments communaux.

Trafic de stupéfiants: 2,5 fois plus d’interpellations

Concernant “la lutte contre l’incivilité”: “tapages, jets de détritus, mendicités agressives, regroupements”, le maire rapporte 2.484 infractions, auxquelles il ajoute 716 contraventions pour non-respect des arrêtés municipaux.

Côté commerces, Christian Estrosi fait état de 324 infractions à l’hygiène, la saisie de deux tonnes de denrées impropres à la consommation mais aussi douze fermetures administratives. 2015 infractions à la sécurité sanitaires ont été relevées.

Le maire a particulièrement insisté sur les interpellations “pour des faits majeurs”, trafics de stupéfiants, vols, violences…, “en augmentation de 37% par rapport à l’an dernier”.

Plus largement, leur nombre est en hausse depuis le début de l’année par rapport à 2020: 5.894, contre 5.740. Dont 1.503 qui concernent le trafic de stupéfiants, “soit une multiplication par 2,5 par rapport à 2020.”

“C’est dire si l’enjeu est de taille et qu’il nous faut mener des opérations beaucoup plus fortes”, a-t-il adressé au préfet.

Et de revenir à ses troupes: “Nous avons la première police municipale de France mais aussi la plus engagée.”

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account