loader image

L’histoire dramatique semble se répéter du côté du parc des Rives du Loup à Villeneuve-Loubet. Après plusieurs animaux retrouvés morts l’an dernier [voir ci-contre], c’est une famille qui vient de perdre son chien. Pour eux: il s’agit d’un empoisonnement.

Le 14 juillet, Natacha Cleri et sa famille promènent leur chien Tobby dans le parc départemental. “ Je l’ai entendu lécher quelque chose par terre”, raconte la propriétaire de l’animal, qui a déposé plainte ce mercredi à la gendarmerie de Villeneuve-Loubet pour empoisonnement. “ Je pense qu’il est mort empoisonné à la mort au rat”, soutient l’Azuréenne.

“99% de chance que soit un empoissonnement”

Et d’ajouter: “Je n’ai pas pu voir ce qu’il a mangé, mais l’endroit sentait extrêmement mauvais, une odeur indescriptible. Dans la voiture, il empestait et on se demandait ce qu’il avait mangé. Il avait 12 ans et il avait l’habitude d’être fatigué quand on rentrait de balade. Donc, on a mis cela sur le dos de l’âge. Les jours suivants, il avait les pattes froides. Il ne bougeait plus mais il n’y a pas eu de vomissement, ni de bave. On est allés voir le vétérinaire et ils ont décelé une hémorragie interne. Il est décédé dans nos bras le lundi 19 au soir.

Albert Calamuso, l’adjoint délégué à la Protection animale à la mairie de Villeneuve-Loubet, n’a presque aucun doute. “Tous les symptômes décrits correspondent à un empoisonnement. On a 99% de chance que ce soit le cas.”

Des mesures prises par la Ville?

Ce qui n’étonne pas Laura Diaz. La bénévole au sein de l’association Urgence pour un animal (UPA06) a été contactée en urgence par la propriétaire de Tobby quelques jours après les faits.

“Tous les signes cliniques indiquent un empoisonnement. On ne sait pas à quoi c’est dû parce que le dispensaire n’a pas gardé le prévelement pour faire des analyses. Natacha a publié un message sur les réseaux sociaux et il y a de nombreux témoignages similaires sur les Rives du Loup et du côté des Ferrayones.”

“C’est impossible de lutter contre des actes comme celui-ci, explique Albert Calamuso. Les personnes qui font cela sciemment le font très discrètement à des moments où il n’y a personne et de manière anonyme. Il n’y a pas de caméra de surveillance, donc n’importe qui peut venir en liberté”.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account