L’homme, qui était inscrit dans un club de tir, était âgé de 34 ans et possédait “des armes”, a indiqué à l’AFP le procureur de la République d’Epinal, Rémy Heitz.

En début d’après-midi, il avait adressé des SMS à son ex-compagne, dont il était en instance de séparation, en lui indiquant “qu’il avait des armes et qu’il allait attenter à sa propre vie” et potentiellement s’en prendre à d’autres personnes, a poursuivi le maire de Saint-Dié, David Valence, confirmant des informations du quotidien régional Vosges Matin.

Son ex-compagne a alors donné l’alerte et les polices nationale et municipale de Saint-Dié ont rapidement sécurisé les lieux: “toutes les personnes proches, notamment les voisins immédiats, ont été évacués“, a poursuivi M. Valence.

Des policiers du Raid sont ensuite arrivés sur place et, après les sommations d’usage, “ont défoncé la porte” du logement et ont découvert le trentenaire qui “était décédé depuis pas très longtemps“, selon M. Valence.

Il n’y a eu aucun tir de la part de la police, a précisé M. Heitz.

Selon les premiers éléments, l’homme s’est vraisemblablement donné la mort avec une arme de poing, selon M. Valence.

Il n’aurait pas supporté la séparation d’avec sa compagne, “c’est semble-t-il le motif qu’il lui a indiqué“, a-t-il ajouté.

Le couple avait un enfant de 6 ans, a précisé M. Heitz.

Le parquet d’Epinal “a demandé le transport du corps à l’institut médico-légal de Nancy pour un examen externe et des analyses toxicologiques“, selon le procureur.

Une enquête pour recherche des causes de la mort a été confiée au commissariat de police de Saint-Dié, a ajouté le magistrat.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account