Mercredi soir, jour de Fête nationale, mais plus particulièrement de commémoration de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, le commissariat avait essuyé des tirs de mortier. Les policiers avaient dû éteindre un début d’incendie.

Cinq jeunes avaient alors été interpellés et placés en garde à vue. La justice devra déterminer aujourd’hui de leur sort, et décider de les placer ou non en détention provisoire. Un juge d’instruction sera nommé. Les caméras de vidéo surveillance de la ville avaient filmé la scène. Des images remises à la justice.

L’affaire a provoqué des réactions politiques de soutien aux forces de l’ordre, à l’image du député Eric Ciotti. Anthony Borré, premier adjoint à la ville de Nice, avait indiqué que, si le cas échéant ces jeunes étaient impliqués, il veillerait à engager une mesure d’expulsion du parc locatif s’ils étaient locataires de Côte d’Azur Habitat.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account