Mis à jour le 11/05/2021 à 21:55

Publié le 11/05/2021 à 21:55

VIDEO. On connaît la programmation des Nuits Carrées à Antibes


Le festival antibois a dévoilé ce mardi sa programmation pour les trois soirées de cette quinzième édition. Urbaines, rock, électro et folk : les esthétiques portées par l’affiche défendent la philosophie d’ouverture du rendez-vous.

Hybride. À tous les niveaux. En dévoilant, ce mardi, l’affiche de cette quinzième édition – rebaptisée 2.1 au vu de son évolution – des Nuits Carrées, son fondateur Sébastien Hamard continue à défendre la même ligne: celle de l’ouverture. Et pour cause, après une année de disette en 2020, le public de l’événement antibois a grand faim. De sonorités, de sensibilités, de nouveautés. Afin de sustenter les mélomanes, l’équipe de chez Label Note propose trois menus aux saveurs complémentaires. Sur l’esplanade du Pré-aux-Pêcheurs et non au Fort Carré. En mode: assis, masqué et réduit.

Pour la première, vendredi 25 juin, Martin Mey fait résonner son projet: Minimum ensemble. Quatre musiciens qui deviennent solistes, choristes, interprètes au gré des morceaux.

Une épure esthétique, organique, qui sera suivie de la performance de Peter von Poehl. Déjà venu en 2013 sur la scène du Fort Carré, l’artiste suédois livre son cinquième album. Du spleen toujours, des images sépia et une furieuse envie de partir en road trip avec sa voix comme chauffeur. Pour clore la soirée, le tandem Sofa, composé de French 79 et Benjamin Faugloire lancera ses notes bleues teintées d’électro. Et ne pensez pas retenir la nuit: contrairement à ses habitudes, le festival ne grignotera pas les heures sous les étoiles!

“L’ouverture des portes se fait à 17h15 et la fermeture à 22 heures”, indique le maître de cérémonie qui souhaite que les oiseaux de nuit soient aussi ceux du jour: “Nous avons un rôle à jouer au sein de la ville d’Antibes. Et c’est bien pour cela que les horaires sont adaptés afin que les commerçants puissent également participer à cette parenthèse.” Une bulle hors du temps qui sera soufflée le samedi 26 juin par le quintet The Vibes Lobbyist – formation résidente du centre d’art urbain et musical La sChOOL.

Porté par l’envoûtante Tiffania Rakotondrabenja au micro, le groupe explore la soul nue et le rn’b sophistiqué. Pépite. Pour le plat de résistance, changement d’ambiance. Klone apporte son metal progressif devant les remparts. Déjà venus en 2017 au festival, les gars de Poitiers jouent dans une version acoustique, aérienne. De quoi casser les stéréotypes.

À leur suite, une prestation elle aussi “unplugged” – comprenez débranchée – celle de The Inspector Clouzo. Du blues qui fleure bon le Western de la Gascogne. Fermiers et musiciens, ils ont fait le tour de la planète avec leur amour prononcé pour le rock et les bottes en caoutchouc. Des extraterrestres qui cultivent la terre quoi! Le genre d’animal sauvage à clairement ne pas louper.

Et pour finir en beauté, le dimanche 27 juin, on lèvera les bras, et surtout les mains. Puisque deux concerts y seront interprétés en “Chansigne” afin de permettre au plus grand nombre de saisir la poésie des textes. Ambassadeur du hip-hop local, le Niçois Mas Kit, donnera à entendre sa plume en tant que résident de La sChOOL.

Un statut de talent du coin également partagé par MLN Headz – prononcez Melon Heads, comme le fruit – qui donnent à entendre leurs bonnes vibrations urbaines. Avec, bien évidemment, une bonne ligne de basse ultra groovy et solide comme il se doit. Pour clore cette édition pas comme les autres, que diriez-vous d’un rap-musette? Place à Java! Sexe, accordéon et rock’n’roll pour ne pas se prendre au sérieux et retrouver le sens de la fête avec ces titis parisiens!

Une volonté de se réunir qui a un prix. Unique. “Évidemment avec les années, le coût de la vie augmentant, le festival grandissant, nos tarifs ont suivi”, reconnaît Sébastien Hamard qui dévoile le saut dans le temps côté billetterie: “8 euros.” Pour tous (1). Comme en 2007, l’année de création de l’événement. Clin d’œil aux années passées. Et bras grands ouverts à celles qui continueront à faire de ce rendez-vous, un indétrônable de l’été.

1. Entrée gratuite pour les moins de 12 ans.

Savoir +

nuitscarrees.com

En Langue des signes…

Que ce soit avec Matthieu Chedid, Tryo ou encore Sinsemilia : ils n’y vont jamais pas de main morte ! Et pour cause, le collectif « 10 doigts en cavale » donne une grande claque aux idées reçues. Leur credo ? Le “Chansigne”. À savoir : l’adaptation et l’interprétation en direct du concert en Langue des signes.

Un travail colossal pour transmettre poésie, engagement et également talent des artistes présents sur scène. Une mission d’intérêt on peu plus public que trois chansigneurs viendront assurer le 27 juin sur la scène de l’esplanade du Pré-des-Pêcheurs.

New Report

Close

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account